La syllogomanie ou le syndrome de diogène, comment y remédier ?

Bien souvent la syllogomanie est confondue avec un autre trouble du comportement : le syndrome de Diogène. La syllogomanie est une vraie maladie qui peut être une conséquence du syndrome de Diogène. Malgré tout, elle se révèle par des troubles du comportement différents. Si les personnes atteintes du syndrome de Diogène ont aussi un comportement d’accumulation pathologique, ces patients ont aussi d’autres problèmes comme une mauvaise hygiène corporelle causant un isolement social fort pouvant entrainer de graves états dépressifs. Explication…

Syllogomanie, quels sont les symptômes ?

La syllogomanie, un trouble psychique peu connu consiste à accumuler des objets à outrance, sans pour autant les utiliser. Les personnes atteintes de ce trouble du comportement n’arrivent pas à se séparer des objets accumulés. La syllogomanie présente ainsi différents symptômes comme :

  • L’accumulation d’objets, inutiles, sans valeur.
  • Le besoin de conserver ces objets.
  • L’impossibilité d’effectuer un tri.
  • Troubles présents depuis au moins six mois.
  • Aucune maladie mentale détectée.
  • La souffrance est liée à l’éventuelle séparation de ces objets.
  • Les objets finissent par envahir totalement l’espace de vie, compromettant l’hygiène.
  • Cette accumulation met en danger la vie de la personne concernée (incendies, nuisibles et

 

(source : https://www.syndrome-diogene.fr/syllogomanie)

Syllogomanie : quels sont les risques et les conséquences ?

Les risques de cette maladie dans la vie de tous les jours sont de différents ordres : tant socio familiales, repli sur soi-même, isolement familial et professionnel…soit par honte ou peur du jugement. Les conséquences sont importantes dans la vie de tous les jours. Les patients atteints perdent souvent leur emploi à cause de ses troubles qui  entraine l’isolement au monde extérieur.

Ce qui implique des conséquences matérielles qui ne pourront qu’augmenter ce trouble du comportement. Le manque de moyens pour prendre soin de soi, d’entretenir son logement, la volonté de tout garder est une conséquence directe. Les risques sur la sécurité et la santé d’une personne atteinte de syllogomanie ne sont pas anodins :  l’accumulation d’objets en mauvais état, l’insalubrité, les mauvaises odeurs et les risques d’incendie dûs au manque d’entretien des appareils ménagers et électroménagers et des poussières accumulées.

Les conséquences au niveau psychique sont importantes. La syllogomanie entraine des états dépressifs surtout lorsque la personne se rend compte de ses comportements d’accumulation et de manque de propreté. C’est un sentiment de honte qui l’envahit et de peur du jugement. Le plus souvent, elle s’isole pour éviter d’être juger en limitant les visites dans son appartement (isolement). Il est important de bien connaitre les troubles comportementaux de cette maladie pour  l’aider au mieux. Sans juger, il faut lui apporter du soutien et des solutions pour se soigner.

Comment aider une personne syllogomane ?

Le plus souvent, la syllogomanie est détectée par un proche ou un ami. Le premier conseil à donner à son proche est de consulter un médecin (le médecin traitant qui donnera plus de confiance) qui pourra écouter le patient et définir le niveau et l’évolution de la maladie. En fonction de l’état de la personne, de l’importance de ses comportements diogènes, le médecin mettra en place une thérapie adaptée.

La deuxième étape est de faire appel à des spécialistes du débarras qui ont une bonne connaissance de ce type de comportement et pourront prendre en charge le rangement de la maison. Étude des lieux et de l’ampleur des dégâts, conseils et mise en œuvre rapide d’un nettoyage complet et d’une desinfection si besoin par des entreprises spécialisées…